REVUE DE PRESSE — du 5 au 11 octobre

Crise du covid-19 : pourquoi les soignants rendent leur blouse blanche

Il y a quelques jours, cette question a été posée aux infirmiers : « La crise du covid que nous traversons vous a-t-elle donné envie de changer de métier ? » Sur 60 000 blouses blanches, près de 40 % répondent « oui ».
Source : le Parisien via le Readers Planet (10 octobre)

C’est ce qu’il se passe quand on assèche l’hôpital public à coup de restrictions budgétaires répétées. D’après l’Humanité, Martin Schirdewan, coprésident de la Gauche unitaire européenne, affirme que la Commission européenne a demandé 63 fois aux États de privatiser des pans entiers dans la santé ou d’effectuer des coupes budgétaires. Mais cette Commission européenne ferait mieux de couper dans ses propres budgets avant de donner des leçons. En effet, comme le rappelle Charles-Henri Gallois – président de Génération Frexit – dans cette conférence, un commissaire européen est payé 320 000 euros par an en comptant tous les avantages en nature, un vice-président de la Commission européenne 364 000 euros, et le président de la Commission européenne 392 000 euros.

France

Tempête Alex : deux ans après des inondations meurtrières, Trèbes se mobilise pour les Alpes-Maritimes

En octobre 2018, Trèbes avait été frappée par des inondations meurtrières et avait reçu l’appui des Alpes-Maritimes. À présent, c’est au tour de la cité audoise de venir en aide aux sinistrés de la tempête Alex.
Source : 20 Minutes (8 octobre)

Si la solidarité nationale joue son rôle, l’on n’a pas vu dans cette sinistre occasion la “solidarité européenne” tant vantée.

***

Alpes-Maritimes : la visite d’Emmanuel Macron bloque des opérations d’assistance dans les vallées sinistrées

L’accès à l’espace aérien a été limité pendant les transferts du président en hélicoptère, d’un village à l’autre. Selon le syndicat CGT 06, le pont aérien organisé dès le lendemain des intempéries a été drastiquement limité pendant la venue du président de la République, du début de l’après-midi jusqu’au soir. « Après une bataille acharnée de la direction d’Enedis Côte d’Azur, la préfecture n’a autorisé qu’une intervention pour réalimenter 800 usagers », au lieu des 2 000 prévus. La compagnie privée Azur hélicoptère, qui assure des livraisons de denrées aux sinistrés, a également expliqué sur le réseau social Facebook que « [ses] opérations aériennes [ont été] soudainement stoppées ».
Source : 20 Minutes (8 octobre)

Mais la communication sur place du président n’a pas de prix, probablement.

***

En Savoie, des indépendantistes proclament la création d’un État souverain

Des indépendantistes considèrent que le traité de 1860 annexant la Savoie à la France n’est plus valable. Ils ont déclaré dimanche la création d’un État souverain de Savoie.
Source : le Parisien (5 octobre)

Quand notre souveraineté est de plus en plus diluée dans l’UE, qui favorise les euro-régions, quoi d’étonnant de voir se développer de plus en plus de prétentions « indépendantistes » ?

***

Droits voisins : Google obligé par la justice française de négocier sur la rémunération des contenus de presse

La justice française a décrété que l’Autorité de la concurrence pouvait obliger Google à négocier sur la rémunération associée à l’affichage de contenus de presse protégés par les droits voisins.
Source : 20 Minutes (8 octobre)

***

Hella, aide-soignante en EHPAD, au chômage depuis son témoignage à Envoyé spécial
L’aide-soignante a perdu un CDI au lendemain de la diffusion de l’émission consacrée aux dérives dans les maisons de retraite. « Je paie les pots cassés parce que j’ai osé parler, mais, depuis, la parole se libère, en ce sens j’ai gagné », confie Hella deux semaines après la diffusion d’Envoyé spécial. Cette Marseillaise est en effet l’une des rares à avoir accepté de témoigner sans floutage, dans un reportage d’Envoyé spécial sur les dérives des maisons de retraite privées.
Source : le Parisien (4 octobre).

Encore une lanceuse d’alerte qui devrait être protégée pour avoir dénoncé les conditions de vie indignes subies par de nombreux résidents, dans des établissements où le profit tient lieu de loi suprême. Pour protéger nos anciens et nos EHPAD, l’État devrait pouvoir reprendre la main et disposer des budgets nécessaires, contrairement à ce qu’ordonnent régulièrement les GOPÉ ainsi que la mise en concurrence des établissements de santé publics avec ceux du privé, inscrite dans les traités.

Covid-19

Le gouvernement chilien accusé d’avoir manipulé les chiffres

Les chiffres de contagion et de décès du covid-19 annoncés par les gouvernements sont-ils fidèles à la réalité ? Car il a souvent été bien difficile de comptabiliser rapidement et avec précision le nombre de cas et de morts dans chaque pays. Dans certains cas, les autorités sont soupçonnées d’avoir sciemment minimisé les chiffres pour des raisons politiques. C’est l’objet d’une enquête pénale au Chili, où deux hauts fonctionnaires ont déclaré lors de l’instruction que le ministère de la Santé leur avait demandé de manipuler les chiffres des rapports épidémiologiques.
Source : RFI (9 octobre)

Cela n’est pas sans rappeler les polémiques faisant rage en France : tests trop sensibles, chiffres manipulés, etc. La France paraîtra-t-elle plus sérieuse que le Chili ? (Voir ici.)

***

Les transports en commun ne sont pas des lieux de contamination, assurent le gouvernement et la RATP

Face au covid-19, les transports ne sont pas des lieux de contamination, assure le gouvernement, alors que, cette semaine, une série de pannes sur le réseau et notamment sur la ligne 13 ont mis en colère les usagers, qui se sont retrouvés collés, serrés, sur des quais et dans des rames bondés. La RATP a d’ailleurs présenté ses excuses. En réponse, le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a assuré que les mesures prises dans les transports en commun sont efficaces pour éviter la propagation du covid-19. De son côté, la RATP annonce la création d’une brigade de 150 agents pour aider les voyageurs en cas de panne.
Source : France bleu (6 octobre)

Mais le gouvernement n’envisage pas l’équivalent dans les restaurants, bars, salles de sport… Les mesures prises sont de plus en plus incompréhensibles voire inacceptables pour de nombreux Français et entrepreneurs.

***

Contraintes à la fermeture, les salles de fitness saisissent la justice pour se faire entendre

À la suite de la décision de maintenir les salles de sport fermées, les professionnels du secteur saisissent la justice en espérant rouvrir rapidement et réduire les pertes.
Source : Challenges (8 octobre)

Comment en effet les salles de sport vont-elles pouvoir survivre ? L’État a-t-il vraiment le droit de condamner ces entreprises ?

UE

Le Danemark donne son autorisation à l’exploitation de Nord Stream 2 sur le plateau continental

Le gazoduc Nord Stream 2, dont la construction n’est pas encore achevée, a reçu l’autorisation d’exploitation de l’Agence danoise de l’énergie. Le gazoduc Nord Stream 2 a de farouches opposants, notamment les États-Unis, qui font la promotion de leur gaz liquéfié en Europe et ne souhaitent pas que le projet se réalise. L’Ukraine et plusieurs pays européens leur ont emboîté le pas. Dès 2019, Washington a décrété des sanctions contre le projet, réclamant que les sociétés chargées de poser les tubes arrêtent leurs travaux. Fervent défenseur du gazoduc, l’Allemagne a en revanche récemment dénoncé, par la voix de son ministre de l’Économie, les tentatives de remettre en question le projet Nord Stream 2 et de l’amalgamer avec l’affaire Navalny.
Source : Sputnik (1er octobre)

Nord Stream 2 n’est pas seulement destiné à assurer l’approvisionnement énergétique de l’Allemagne (et, au-delà, de l’Europe de l’Ouest) en gaz russe, beaucoup moins cher que le gaz de schiste nord-américain. Il est le symbole du rapprochement des pays de l’Union européenne avec la Russie, alliée de la Chine, pour la construction d’un grand espace eurasiatique. Cela marquerait la fin de l’hégémonie américaine sur le monde occidental– d’où les efforts de Washington pour saboter le projet (notamment par l’instrumentalisation de l’affaire Navalny).

***

Amende record contre Nord Stream 2 : la Pologne a-t-elle les moyens de ses ambitions ?

Les autorités polonaises ont infligé une amende de 6,5 milliards d’euros à Gazprom pour ne pas avoir reçu leur aval pour la construction du gazoduc Nord Stream 2. Une amende record juridiquement contestée, notamment par les entreprises européennes partenaires également sanctionnées, et qui ne devrait pas bénéficier à Varsovie.
Source : Sputnik (10 octobre)

Il est intéressant de constater que, si la gardienne de la libre concurrence au sein de l’UE, Margrethe Vestager, a marqué son désaccord avec cette décision polonaise, il en est de même pour… Washington, qui vise probablement à contrer les intérêts russes à cette occasion. 

***

Le projet fou de Bruxelles pour démanteler EDF

La Commission européenne, selon un document obtenu par Reporterre, entend imposer à l’État français la désintégration du groupe EDF au nom du respect des règles de la concurrence. La « réforme » de Bruxelles va encore plus loin que le projet gouvernemental Hercule, qui veut démembrer EDF.
Source : Reporterre (8 octobre)

Rien de ce qui est rentable ne doit pouvoir échapper au secteur privé, ainsi que le prévoient les traités européens (art. 106 du TFUE). En revanche, pour les secteurs non rentables, comme le nucléaire, où les vieilles centrales génèrent d’importants frais d’entretien, la Commission prévoit la prise en charge par l’État, donc par les contribuables et consommateurs français.

***

La BCE veut garder « les mains libres » face aux incertitudes

Les responsables de la Banque centrale européenne (BCE) se sont donné « les mains libres » face à une conjoncture économique incertaine liée à la pandémie de coronavirus lors de leur réunion de septembre, selon le compte rendu des débats publié jeudi.
Source : Challenges (8 octobre)

Les mains libres… vis-à-vis de ses propres statuts, qui restreignent normalement ses possibilités de renflouement de la zone euro. Cela semble être un message envoyé par la BCE à l’Allemagne. En effet, le torchon brûle sérieusement au sujet des opérations auxquelles celle-là se livre dans le seul but de sauver l’euro, opérations très contestées par l’Allemagne.

***

La Commission européenne impose à Broadcom de cesser ses pratiques anticoncurrentielles

La fin de la procédure pour abus de position dominante implique que Broadcom [fabricant américain de semi-conducteurs utilisés dans divers équipements de télécommunications], devra suspendre ses clauses d’exclusivité. De quoi faciliter l’entrée sur le marché de concurrents potentiels.
Source : 01net.com (8 octobre)

Une fois n’est pas coutume, ici, l’UE comme contrepoids aux États-Unis fonctionne !

***

Accord commercial post-Brexit : le Royaume-Uni se dit prêt à un échec des négociations

Le Royaume-Uni souhaite toujours un accord commercial avec l’UE, mais se dit « prêt » à un échec des négociations.
Source : l’Express (8 octobre)

Ce bombardement de nouvelles régulier et répété sur les échecs des négociations sur le Brexit donne l’impression que le Royaume-Uni est incapable de gérer la situation. La réalité est tout autre. Le Royaume-Uni refuse les accords aux conditions exorbitantes de l’UE et attend de pouvoir sortir sans accord et ainsi échanger selon ses intérêts avec l’UE et le reste du monde.

Conflits

Nagorny-Karabakh : l’Azerbaïdjan et l’Arménie s’accordent sur un cessez-le-feu

Des négociations devraient également débuter entre les deux pays qui s’accusent de nouvelles attaques.
Source : RFI (9 octobre)

***

L’Iran joue à l’équilibriste dans le conflit du Haut-Karabakh

Depuis le début du conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, Téhéran tente d’afficher sa neutralité pour préserver son intégrité nationale.
Source : Slate (8 octobre)

Dans le règlement provisoire du conflit, la Russie a ménagé son allié iranien au détriment de la Turquie : elle a en effet rendu compte de la teneur de l’accord à Téhéran mais pas à Ankara.

***

Le nombre des interceptions d’avions militaires chinois par la force aérienne taïwanaise a bondi de 129 %

Ces derniers mois, les avions militaires de la République populaire de Chine ont multiplié les incursions dans la zone d’identification de défense aérienne et ont même franchi à plusieurs reprises la ligne médiane du détroit de Formose, ce qu’ils se gardaient de faire jusqu’alors.
Source : Opex 360 (6 octobre)

La Chine continue de développer sa marine afin d’augmenter son influence en mer de Chine.

***

La Russie et l’Égypte organisent des exercices conjoints en mer Noire

Les marines russe et égyptienne doivent organiser des exercices militaires conjoints dans les eaux de la mer Noire avant la fin de l’année, a annoncé jeudi un communiqué de presse.
Source : Middle East Monitor (10 octobre) – en anglais

« Avec plus de 90 % de l’économie mondiale et des communications numériques transitant via les océans, la protection du domaine maritime n’a jamais été aussi importante. » Avec une « présence avancée adaptée » et des patrouilles navales plus fréquentes, l’OTAN a accentué ses activités dans la région de la mer Noire. En outre, depuis qu’elle a repris la Crimée à l’Ukraine, la Russie y a déployé des capacités d’interdiction et de déni d’accès tout en y renforçant ses activités militaires… Ce qui lui permet d’intensifier ses activités non seulement dans la région, mais aussi en Méditerranée (voir ici).

Monde

Aucune trace d’agent militaire toxique trouvée sur Navalny par l’hôpital berlinois, rappelle Moscou

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a pointé du doigt l’incohérence des résultats d’analyses sur l’opposant Navalny, victime présumée d’un empoisonnement à l’agent neurotoxique militaire. En effet, tout comme les médecins d’Omsk, ceux de la clinique berlinoise de la Charité n’ont pas trouvé de trace d’agent militaire toxique dans les analyses de l’opposant Alexeï Navalny : la découverte a été faite dans des laboratoires de la Bundeswehr [forces armées allemandes]. De plus, on ignore toujours si les Français et les Suédois ont effectué leurs propres prélèvements ou si ce sont les Allemands qui leur ont transmis les leurs.
Source : RT France (5 octobre)

Paris et Berlin, entre autres, ont accusé la Russie sans fournir la moindre preuve, comme cela avait déjà été le cas lors de l’affaire Skripal.

***

USA 2020 : Facebook supprimera les messages « militarisés » en lien avec le scrutin

Facebook a annoncé mercredi qu’il supprimerait les messages utilisant un « langage militarisé » pour appeler à surveiller les bureaux de vote, intimider les électeurs ou les personnels des bureaux de vote, renforçant ainsi ses restrictions en vue de l’élection présidentielle américaine.
Source : Sciences et avenir (8 octobre)

Reflet de la société, l’élection présidentielle américaine a rarement été aussi tendue, les deux camps s’accusant mutuellement de ne pas vouloir accepter la décision des urnes. Cela donne-t-il le droit à Facebook de jouer les censeurs ? Avec quel mandat ? Selon quels critères ? Autant limiter les messages « militarisés » peut sembler sage, autant il est possible d’abuser de ce prétexte pour faire une censure.

***

Le prix Nobel de la paix 2020 revient au Programme alimentaire mondial de l’ONU

Le prix Nobel de la paix a été décerné au Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies « pour ses efforts pour combattre la faim dans le monde », notamment dans les zones de conflit, a annoncé vendredi le comité Nobel de Norvège.
Source : France 24 (9 octobre)

Malheureusement, la faim est en train de gagner du terrain sur la planète. En 2019, rapporte le comité Nobel dans son communiqué de presse, 135 millions de personnes dans le monde étaient en grave danger de malnutrition (voir ici). Un niveau inégalé, lié à la recrudescence des conflits armés. 

***

Le président du Kirghizistan « prêt à démissionner » pour mettre fin à la crise politique

Sooronbaï Jeenbekov, qui n’est pas apparu en public depuis lundi, a déclaré vendredi être « prêt à démissionner », alors que la contestation populaire ne faiblit pas au Kirghizistan. Cette démission pourrait intervenir une fois une date fixée pour de nouvelles élections et des changements effectués au gouvernement.
Source : France 24 (9 octobre)

Serait-il pensable, compte tenu de l’imminence des élections aux États-Unis, que l’État profond américain et certaines ONG recommencent leurs opérations d’influence mondialistes ? Voir ce documentaire de 2005 par l’agence Premières Lignes. Le Kirghizistan ayant un temps donné de bons gages de mondialisation néolibérale, certains pourraient vouloir quitter les États-Unis en cas de réélection de Donald Trump…

***

Afghanistan : Trump confiant sur un retrait des troupes américaines avant Noël

L’annonce du président américain intervient alors que les pourparlers de paix au Qatar, qui ont pour objectif de mettre fin à la guerre, piétinent.
Source : le Point (8 octobre)

C’était une promesse de campagne du candidat Trump, qui a tout intérêt à la tenir pour assurer sa réélection. La guerre d’Afghanistan est le conflit le plus long et le plus meurtrier conduit par les États-Unis depuis la guerre du Vietnam.

***

Indonésie : violents affrontements dans des manifestations contre une loi sur le travail

En Indonésie, une loi censée stimuler l’économie en récession à cause du covid-19 passe mal. Lundi, sept des neuf partis présents au Parlement ont voté 79 amendements à une loi déjà existante, dans le but de créer de nouveaux emplois et de stimuler des investissements étrangers. Mais des milliers de manifestants à Jakarta et dans plusieurs autres villes craignent de perdre d’importants acquis sociaux.
Source : RFI (8 octobre)

On le répète souvent, mais être en dehors de l’Union européenne ne fait pas tout. D’autant plus que l’Indonésie fait partie de l’ASEAN, qui met en place un marché unique (devant aboutir en 2025) imposant un grand nombre de réformes qui passent mal dans ce pays qui représente 40 % de la population et du PIB de l’ASEAN.  Détails dans cet article.

Rédacteurs : Philippe Lacour, Claire Bouvier, Geoffrey Marhoffer (coordination), et autres contributeurs

Pour nous proposer des articles, écrivez-nous à
revue-presse@generationfrexit.fr.

Partager l’article sur
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

À propos de
GÉNÉRATION FREXIT

Créée le 14 juillet 2020, Génération Frexit, c’est :

Un objectif
Reprendre le contrôle de la France grâce au Frexit.

Une stratégie
Obtenir un référendum sur notre appartenance à l’Union européenne.

Un projet
Reconstruire le pays, recréer la démocratie, changer la politique pour de bon.

ut odio commodo ut pulvinar Aenean