COMMUNIQUÉ — Covid-19 : un couvre-feu qui masque les manquements du gouvernement

À la suite de l’intervention télévisée d’Emmanuel Macron hier soir, nombre d’observateurs se sont offusqués des décisions prises par l’exécutif sans l’aval de l’Assemblée nationale. Celles-ci révèlent en effet de nombreuses incohérences. Les mesures martiales, disproportionnées, concernent près d’un tiers de la population.

NOTRE PAYS fait face, comme bien d’autres, à un nouveau coronavirus, ce n’est pas le premier. Mais son aspect soudain et sa virulence ont révélé nos faiblesses médicales et l’incapacité d’adaptation structurelle et mentale de nos responsables politiques. Nous déplorons aujourd’hui 33 037 décès depuis le 1er janvier, soit 5,5 % des 600 000 morts annuels en moyenne en France.

Pour Génération Frexit, l’État français s’est démuni lui-même, après des décennies de construction européenne, de tous les instruments régaliens qui lui permettaient d’agir. Cet abandon a de fortes répercussions sur le maintien en ordre de marche de nos services publics, notamment de santé, et met en danger le peuple tout entier.

Ainsi,
— Les Français n’ont pas eu accès aux masques chirurgicaux au début de l’épidémie, sachant que 70 % des contaminations se font par les aérosols. Aujourd’hui, nous en importons massivement au lieu d’en produire, et encore ces masques ne protègent-ils pas le porteur et sont juste une barrière contre les gouttelettes aériennes. Pour le personnel soignant, nous n’avons pas la certitude qu’un stock national de masques N95 ou FFP2 ait été reconstitué en cas d’explosion virale.

— Nous manquions de lits d’hôpitaux au début de l’épidémie, et, en octobre 2020, il y en a encore moins ! La circulation du virus semble bloquer les transferts entre Régions. Rappelons que plus de 70 000 lits ont été fermés depuis le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Encore 4 000 lits ont été supprimés en 2019.

— Qu’en est-il de la formation du personnel soignant, du recrutement et de la rotation des effectifs pour bénéficier d’une bonne réactivité et du maintien des autres soins que doit recevoir la population ? Le président lui-même réalise que le personnel est au bord de l’épuisement. L’Italie, profitant de l’assouplissement temporaire des règles européennes, a recruté 15 000 médecins et infirmiers après la première vague. Rien n’a été fait en France. Les soignants sont fatigués, surmenés et ne sont pas aidés. Jean Castex en est rendu à demander aux soignants des annulations de congés à la Toussaint contre une prime dérisoire.

— Signalons également le scandale de l’arrêt de la protection des personnes vulnérables depuis le 1er septembre 2020, par un décret qui a conduit à un recours auprès du Conseil d’État. Ce recours dénonce une vague d’erreurs et de mensonges qui ont guidé les choix politiques du gouvernement. Le Conseil d’État vient tout juste de reconnaître l’incompétence du gouvernement en suspendant les mesures du décret.

Emmanuel Macron et le gouvernement Castex veulent nous faire croire qu’ils ont encore prise sur quelque chose, avec des mesures strictes de contrôle de la population associées à des amendes disproportionnées. Certes, cette limitation de la vie sociale entre 21 h et 6 h entraîne une diminution de la consommation d’alcool, donc une hausse de la vigilance de chacun et une amélioration du respect des gestes barrières, comme on l’a constaté en Guyane. Mais chacun sait que le virus repartira sitôt les mesures levées. Alors, ces mesures attentatoires à nos libertés fondamentales sont-elles durables, puisque dans le même temps rien n’a été annoncé pour résoudre les problèmes de fond ? Il s’agit ni plus ni moins que de la plus grande restriction de libertés publiques depuis la Seconde Guerre mondiale.

Nous mettons en garde les « responsables » qui dirigent actuellement le pays contre le chaos social à venir s’ils ne retrouvent pas la raison rapidement. La France doit mettre en œuvre immédiatement la reconstruction de notre hôpital public et de notre recherche scientifique sur de nouvelles bases, pragmatiques, afin d’être en mesure d’anticiper les crises de ce genre et de soigner efficacement tous les malades.

Il est fort à craindre que cette impréparation lamentable du gouvernement ne mène à une double peine avec, en plus d’une crise sanitaire, une crise économique et sociale sans précédent. Ce couvre-feu, synonyme d’échec du gouvernement, va pousser des milliers de bars, restaurants, hôtels, cinémas, théâtres, discothèques, entreprises d’événementiel et clubs de sport à la faillite. Cet appauvrissement aura aussi à n’en pas douter des conséquences sanitaires à long terme.

Bientôt, dans un climat apaisé, il sera temps de débattre du Frexit, selon nous la meilleure façon de reprendre réellement le contrôle et de libérer les Français d’une idéologie néolibérale mortifère.

GÉNÉRATION FREXIT

***

Pour télécharger le communiqué au format PDF

Partager l’article sur
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

À propos de
GÉNÉRATION FREXIT

Créée le 14 juillet 2020, Génération Frexit, c’est :

Un objectif
Reprendre le contrôle de la France grâce au Frexit.

Une stratégie
Obtenir un référendum sur notre appartenance à l’Union européenne.

Un projet
Reconstruire le pays, recréer la démocratie, changer la politique pour de bon.

Donec sit ut justo consectetur at id id tempus mattis ultricies accumsan