REVUE DE PRESSE — du 26 octobre au 1er novembre

Les principales réactions du monde économique à l’allocution d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a annoncé le 28 octobre un reconfinement d’une durée minimale d’un mois pour tenter d’endiguer la deuxième vague de l’épidémie de coronavirus. Parmi les premières réactions d’organisations patronales et syndicales, le président du MEDEF affirme que « ce reconfinement va coûter au pays entre 50 et 75 milliards d’euros de PIB et provoquer des dégâts économiques et humains considérables ». De plus, « ce n’est pas dans les commerces que se fait la contamination, mais dans la sphère privée, et pourtant ce sont eux qui sont pénalisés. Je comprends leur désarroi et leur colère ».
Source : Sputnik (29 octobre)

Tout cela à cause du non-respect des mesures d’ouverture de lits annoncées, et de la cacophonie administrative et scientifique autour des thérapeutiques et des traitements à préconiser. Sans parler de la diminution régulière des moyens hospitaliers, depuis des années, sur ordre de l’UE (voir ici).

Covid-19

Des élus locaux mènent la fronde pour l’ouverture de plus de commerces de proximité

Les petits commerçants « ne comprennent pas que des activités identiques aux leurs puissent être autorisées pour des entreprises de la grande distribution ou de la vente à distance », dénonce l’Association des maires de France.
Source : l’Obs (31 octobre)

L’engorgement des services de réanimation des hôpitaux va certes se solder par des morts, mais de nombreux commerces vont aussi mourir. Une politique publique peut-elle se décider à la seule aune des impératifs de santé, surtout venant d’un gouvernement qui a aussi mal géré la situation depuis le début ? On comprend que certains élus soient tentés de redéfinir la hiérarchie des priorités.

***

Londres, Berlin, Rome, Naples… L’Europe se rebelle face aux mesures anti-covid

Dans plusieurs grandes villes européennes, des groupes de manifestants ont crié leur mécontentement face aux mesures anti-covid décrétées par les gouvernements.
Source : Paris-Match (25 octobre)

Concentrer les moyens sur la protection des plus fragiles, laisser la liberté de prescription aux médecins, ouvrir des lits de réanimation, rémunérer correctement le personnel soignant pour éviter qu’il ne fuie à l’étranger ou ne démissionne… Autant de mesures qui auraient peut-être pu éviter les mesures restrictives à répétition, qui sont délétères pour l’économie et poussent les peuples au désespoir.

***

« Aucune de nos propositions n’a été retenue » : le Sénat refuse son soutien au gouvernement sur la crise sanitaire

Le Sénat a rejeté, jeudi 29 octobre, la déclaration de Jean Castex sur le nouveau confinement. En cause, selon les élus, le manque d’écoute du gouvernement.
Source : France info (30 octobre)

Quand un président décide seul, se fait conseiller par un « conseil scientifique » nommé par ses seuls services, et dont les conflits ou liens d’intérêt font débat, sans même tenir compte des propositions des parlementaires élus par le peuple, il s’agit d’un début de dérive autoritaire.

***

Rivotril dans les EHPAD : le retour discret du « passeport pour la mort douce »

Alors que la tension sur les services hospitaliers s’accentue, le nombre de cas de covid-19 dans les EHPAD explose. Dans son décret du 16 octobre mettant en place le couvre-feu, le gouvernement a réintroduit l’élargissement de l’usage du Rivotril dans les EHPAD. Retour sur le recours polémique à  ce traitement réservé aux soins palliatifs.
Source : Sputnik (28 octobre)

L’élargissement de ce produit aux médecins généralistes et aux pharmacies des EHPAD (il est réservé ordinairement aux soins palliatifs hospitaliers) a été réintroduit, cette fois sans limite de durée indiquée, par le décret de couvre-feu du 16 octobre. Pendant ce temps, la prescription d’hydroxychloroquine est toujours interdite, et le Remdesivir, acheté à hauteur d’un milliard d’euros par l’UE malgré des preuves de son inefficacité, est distribué gratuitement aux hôpitaux. Nous ne pouvons dire si l’hydroxychloroquine fonctionne, mais les scandales sont les suivants : 1° le non-respect de la liberté des médecins de prescrire ce qui leur semble le plus juste ; 2° le deux poids, deux mesures hallucinant entre le Remdesivir et l’hydroxychloroquine (voir ici, ici, ici et ici). 

***

Le groupe Facebook « Didier Raoult vs Coronavirus » désactivé

Créé au mois de mars dernier lors de la première vague, le groupe pro-Raoult « Didier Raoult vs Coronavirus » a été désactivé par Facebook alors qu’il jouissait d’une audience record. La « Raoultsphère » perd l’un de ses principaux canaux d’expression.
Source : le Figaro (25 octobre)

Le contrôle renforcé des réseaux sociaux ne devrait-il pas servir à prévenir les actes terroristes, plutôt qu’à éliminer la liberté d’expression ? En tout cas, face au scandale, Facebook a réactivé le groupe le 26 octobre.

***

Didier Raoult : un recours devant le Conseil d’État contre le refus d’autoriser l’hydroxychloroquine

Didier Raoult et l’IHU vont contester le refus de l’Agence nationale de sécurité du médicament d’autoriser l’usage de l’hydroxychloroquine contre le covid-19. Mandaté par l’IHU, l’avocat Di Vizio a envoyé une requête en annulation ce jeudi au Conseil d’État conformément à la possibilité donnée par une telle décision. En sus, une plainte contre l’agence et son directeur, Dominique Martin, pour mise en danger de la vie d’autrui sera déposée vendredi.
Source : France-Soir (30 octobre)

Si le professeur Raoult a raison, et que des intérêts autres que l’efficacité des soins aux patients ont primé, il s’agirait d’un très grave scandale sanitaire. Le blog médical Caducee.net rapporte l’affaire en précisant que le Remdesivir a été autorisé malgré de nombreux effets secondaires graves, un service rendu faible, et pas d’effet sur la réduction de la mortalité. Il signale que, grâce à cette autorisation, le laboratoire Gilead est redevenu rentable (il lui a déjà rapporté plus de 900 millions de dollars). L’UE a dépensé 1 milliard d’euros pour acquérir cette spécialité.

***

​​Les produits « non essentiels » ne seront plus vendus dans les grandes surfaces, annonce Jean Castex

Pour répondre à la colère des commerçants qui accusent le gouvernement d’avoir établi une concurrence déloyale lors de ce reconfinement, le Premier ministre a annoncé que la vente des produits « non essentiels » serait interdite en grandes surfaces.
Source : la Nouvelle République (1er novembre)

Une mesure contraignante de plus, qui n’avait pas été prise lors du premier confinement, alors que la courbe des décès était pourtant notablement plus haute qu’actuellement. Et cela ne va pas améliorer la situation économique des petits commerçants, quand bien même la mesure aurait un éventuel impact positif sur le nombre de malades et de morts. Les GAFAM, eux, auront le poids financier leur permettant de tirer leur épingle du jeu…

Terrorisme

Caricatures, séparatisme : ce que le monde musulman reproche à Macron

L’assassinat barbare de Samuel Paty engendre désormais une crise internationale. Pour avoir souligné que la France ne « renoncerait pas aux caricatures » lors de l’hommage au professeur d’histoire-géographie, Emmanuel Macron est en butte à l’hostilité de larges pans du monde musulman.
Source : BFM TV (26 octobre)

Macron ne fait aucune promotion de la haine religieuse ou raciale : il ne fait que rappeler les principes de la liberté d’expression. Encore faudrait-il, pour être conséquent, se donner les moyens diplomatiques de ne pas dépendre des pressions des pays qui financent en France l’islam fondamentaliste et le terrorisme.

***

Caricaturé par Charlie-Hebdo, Erdogan renchérit

Après la publication d’une caricature de l’hebdomadaire, les relations entre la France et la Turquie, tendues depuis plusieurs semaines au sujet de l’islam, se crispent un peu plus.
Source : Libération (28 octobre)

Une fois encore, Erdogan donne des coups de menton et verse dans la surenchère religieuse et nationaliste pour mieux faire oublier ses revers : l’économie turque est très affaiblie, la monnaie plonge, et les visées expansionnistes en Syrie et au Haut-Karabakh ont été stoppées par la Russie.

***

Gérald Darmanin dénonce l’ingérence de puissances étrangères dans les affaires de la France

Gérald Darmanin a fustigé ce qu’il estime être des ingérences dans les affaires du pays, notamment de la Turquie et du Pakistan, qui ont réagi avec colère aux propos d’Emmanuel Macron sur la liberté de caricaturer, y compris le prophète Mahomet.
Source : RT France (28 octobre)

De fait, certains pays (Arabie saoudite, Émirats, Qatar, Turquie, etc.) n’hésitent pas à financer l’islam radical dans l’Hexagone. Mais pourquoi M. Darmanin ne dénonce-t-il pas aussi notre diplomatie inféodée à l’OTAN, ou ne démissionne-t-il pas pour protester contre l’incohérence de notre politique schizophrène ? Et, puisqu’il dénonce les ingérences, comment tolère-t-il que Macron fasse la leçon au Liban et lui dicte sa conduite ?

***

Attentat de Nice : le plan Vigipirate élevé au niveau « urgence attentat » sur l’ensemble du territoire

Un peu plus de trois heures après l’attaque terroriste qui a coûté la vie à trois fidèles de la basilique Notre-Dame de Nice, ce 29 octobre, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé que le plan Vigipirate va être porté au niveau « urgence attentat » sur l’ensemble du territoire.
Source : Opex 360 (29 octobre)

Cela fait vingt-cinq ans que la France est sous le plan Vigipirate (voir ici et ici)… Après les attentats de 2015, son échelle a été modifiée. Mais modifier le thermomètre n’a jamais fait baisser la fièvre. Ce qu’il faut avant tout, c’est une politique cohérente, qui prévienne le mal terroriste à la racine.

***

Attaque à Nice : ce que l’on sait de l’assaillant

Cet homme se nomme Brahim A. Non-demandeur d’asile en France, il était arrivé par Lampedusa à la fin de septembre, où il avait été mis en quarantaine par les autorités italiennes avant d’être visé par une obligation de quitter le territoire italien et laissé libre.
Source : le Point (30 octobre)

Les victimes, toujours plus nombreuses, et les Français en général ne remercient pas Schengen, qui repousse nos frontières aux limites extérieures de l’UE, et ceci sans efficacité ni protections suffisantes manifestement. 

***

Macron dit comprendre que les caricatures puissent « choquer », mais dénonce la violence

« Je comprends qu’on puisse être choqué par des caricatures, mais je n’accepterai jamais qu’on puisse justifier la violence. Nos libertés, nos droits, je considère que c’est notre vocation de les protéger », déclare le chef de l’État dans un extrait de cet entretien.
Source : Libération (31 octobre)

La différence entre ce qui est dit et le droit de le dire est au principe même de la liberté d’expression, qui est bornée par le droit pénal (interdiction d’appeler à la haine raciale, par exemple). Macron s’en souviendra-t-il lors de la prochaine manifestation de Gilets jaunes, ou de petits entrepreneurs contre leur fermeture imposée, par exemple ? 

France 

Un jeune designer alsacien choisi pour relooker la salle du Conseil des ministres à l’Élysée

À 22 ans, Julien Roos a remporté un concours de design pour donner un coup de jeune au mobilier du salon Murat de l’Élysée. Une belle occasion professionnelle pour cet étudiant originaire de Molsheim.
Source : France info (27 octobre)

D’après la Cour des comptes, qui avait jugé nécessaire la rénovation de la salle des fêtes de l’Élysée pour un budget de 500 000 euros, encore sept ans de travaux et 100 millions d’euros restent à prévoir pour remettre ce bâtiment en état ! Quant aux 500 000 euros de vaisselle, aux 930 000 euros pour redorer le bureau présidentiel, n’auraient-ils pas été plus utiles pour redonner des moyens de lutte aux hôpitaux, en ces temps de « guerre » proclamée contre le covid-19 ?

***

Défense : l’américain Teledyne va racheter Photonis à prix soldé

Le groupe de Thousand Oaks a déclaré avoir obtenu un « accord de principe » pour acquérir le leader français de l’optronique à un prix 15 % moins élevé que celui de départ, soit 425 millions d’euros. Une réduction accordée par le vendeur Ardian à la suite des conditions imposées par les pouvoirs publics tricolores.
Source : les Échos (27 octobre)

Les réserves émises par le ministère des Armées et celui de l’Économie n’auront pas suffi à conserver en France ce spécialiste mondial de la vision nocturne, qui équipe les armées françaises, dans plusieurs programmes de dissuasion. Encore et toujours « merci » à l’Union européenne qui, avec sa soi-disant « protection », démantèle toujours plus nos fleurons industriels et stratégiques « grâce à » l’article 63 du TFUE.

***

Le délégué général pour l’armement prêt à reconsidérer la relance de la filière des munitions de petit calibre

Depuis la fin des années 1990 et la fermeture de l’établissement de Giat Industries au Mans, qui perdit donc la capacité de produire des munitions de petit calibre, la France est bien obligée de s’en remettre aux importations pour approvisionner ses forces armées (et de sécurité intérieure). Avec parfois des soucis avec la qualité des cartouches livrées.
Source : Opex 360 (28 octobre)

Il est bien plus sûr que des productions françaises servent à l’armement français, plutôt que des productions étrangères. Reprenons le contrôle !

Monde

Référendum au Chili : un changement de Constitution plébiscité

Selon des résultats quasi définitifs portant sur plus de 99 % des bureaux de vote, les suffrages favorables à une nouvelle Constitution l’emportaient largement, avec 78,28 % des voix. Cette nouvelle Constitution remplacerait celle héritée de l’ère Pinochet, lors d’un référendum organisé un an après un soulèvement populaire massif contre les inégalités sociales.
Source : le Monde (26 octobre)

En France, un « soulèvement populaire » tel que celui des Gilets jaunes, dont beaucoup demandaient des modifications dans la Constitution, a été réprimé dans le sang et dénigré par les grands médias.

***

La classe moyenne américaine n’est plus épargnée par la pauvreté

« On essaie d’économiser ce que l’on peut » : Keith, 52 ans, s’est résolu à venir chercher un panier repas distribué gracieusement sur le parking d’une association caritative de Bethesda, dans la banlieue huppée de Washington.
Source : Libération (28 octobre)

L’économie et la société américaines étaient déjà bien mal en point après la crise financière de 2008, qui couronnait plusieurs années d’ultralibéralisme. La crise sanitaire actuelle ne fait qu’accentuer les inégalités, fragilisant jusqu’à la classe moyenne, dont le vote pourrait bien être une des clés du scrutin de la prochaine élection présidentielle.

***

Sans la France, la Russie rend hommage à 155 soldats de Napoléon III en Crimée

L’événement a été célébré en grande pompe à Sébastopol, mais est passé inaperçu en France. Au début d’octobre, les restes de 155 soldats français qui ont participé au siège de Sébastopol en 1854-1855 ont été inhumés. Paris n’y a envoyé aucun représentant, relève Valeurs actuelles. Raison invoquée par l’ambassadeur de France en Russie : la cérémonie se déroulait en Crimée, dont le rattachement à la Russie n’est pas reconnu par la France.
Source : Sputnik (26 octobre)

La mémoire de ces soldats français tombés loin de chez eux ne pèse rien face au poids de l’OTAN, pour nos dirigeants.

***

Boeing revoit à la hausse ses suppressions d’emplois

L’avionneur américain, secoué par le covid-19 et la crise du 737 MAX, a vu son chiffre d’affaires reculer de 29 % au troisième trimestre.
Source : le Point (28 octobre)

***

L’Arménie demande l’aide de la Russie pour assurer « sa sécurité »

Le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, a demandé samedi au président Vladimir Poutine d’entamer des consultations « urgentes » sur l’aide que pourrait fournir la Russie pour assurer la sécurité de son pays, en conflit avec l’Azerbaïdjan sur le Haut-Karabakh.
Source : RTS (31 octobre)

La Russie a installé deux bases militaires à la frontière entre l’Arménie et le Haut-Karabakh. Il est donc probable que la situation sur le terrain se stabilisera et que le rapport de force diplomatique pousse à la résolution du conflit sur la base des principes de Madrid de 2007.

***

Morts suspectes de 59 personnes vaccinées contre la grippe, l’inquiétude en Corée du Sud grandit

En Corée du Sud, 59 personnes sont décédées après s’être fait inoculer le vaccin contre la grippe. Aucun lien n’a été établi entre la vaccination et les décès. Les autorités se veulent rassurantes. Cependant, le seul point commun entre toutes ces morts de personnes en bonne santé (dont un lycéen de 17 ans) était la vaccination quelques jours avant. Une investigation a montré que 46 décès n’auraient aucun lien avec le vaccin contre la grippe, une enquête se poursuit sur les 13 autres décès.
Source : Midi libre (28 octobre)

Il s’agit d’une campagne de vaccination d’envergure nationale, à l’initiative de l’État. Certaines régions ont suspendu temporairement les vaccinations, à l’encontre des directives reçues qui demandaient de les poursuivre. Espérons que nous ne connaîtrons pas les mêmes inquiétudes en France, où le chef de l’État a annoncé un confinement nécessaire « jusqu’au vaccin », sachant que le temps normal de développement de ces produits est habituellement de dix à quinze ans.

Union européenne

Covid-19 : l’Allemagne se reconfine partiellement

L’Allemagne reste moins frappée par la pandémie de covid-19 que la plupart de ses voisins européens. Mais le nombre des infections y est également en augmentation avec un nouveau record lundi de 15 000 nouveaux cas. La chancelière Angela Merkel a pu imposer ce mercredi aux présidents de régions des mesures plus strictes qu’elle n’avait pu obtenir plus tôt.
Source : RFI (29 octobre)

***

Covid-19 : près de 200 aéroports européens au bord de la faillite

L’ACI, association professionnelle aéroportuaire européenne, lance un cri d’alarme : sans l’action rapide des gouvernements, 193 aéroports régionaux sont menacés de faillite. Elle plaide pour la mise en place de tests plutôt que de quarantaines.
Source : RT France (28 octobre)

À la suite des confinements, c’est toute notre économie qui pourrait être redessinée de fond en comble. Avec de nombreux emplois supprimés, et tout un mode de fonctionnement de la société à revoir. Pour le pire ou pour le meilleur ?

***

Covid-19 : l’Union européenne mobilise 220 millions d’euros pour transférer des patients entre pays

Les États « doivent partager des données exactes et en temps réel » au niveau européen « pour une meilleure coordination », a appelé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.
Source : France info (29 octobre)

Rédacteurs : Thierry Lacour, Claire Bouvier, Geoffrey Marhoffer (coordination), et autres contributeurs

Pour nous proposer des articles, écrivez-nous à
revue-presse@generationfrexit.fr.

Partager l’article sur
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

À propos de
GÉNÉRATION FREXIT

Créée le 14 juillet 2020, Génération Frexit, c’est :

Un objectif
Reprendre le contrôle de la France grâce au Frexit.

Une stratégie
Obtenir un référendum sur notre appartenance à l’Union européenne.

Un projet
Reconstruire le pays, recréer la démocratie, changer la politique pour de bon.

elit. nec id accumsan consectetur Curabitur Sed vulputate,