DAILY EXPRESS — L’avertissement du Frexit : Emmanuel Macron en état d’alerte alors que l’UE est qualifiée d’institution totalement inutile

Dans le Daily Express
12 novembre 2020
Svar Nanan-Sen

Emmanuel Macron a été averti des potentielles conséquences du vote des membres du Parlement européen pour bloquer les fonds européens vers des pays qui ne respectent pas les règles du jeu.

CHARLES-HENRI GALLOIS, le président de Génération Frexit, a taxé l’Union européenne d’institution « totalement inutile ». Il a ajouté que la France aurait avantage à voir le plan de relance de l’UE échouer, et qu’il devrait y avoir un référendum sur la dépense de 40 milliards d’euros liée au plan.

« J’ai l’impression que les membres du Parlement européen veulent montrer qu’ils sont utiles, dit-il, quand tout le monde sait que le Parlement européen est une institution complètement inutile. Comme vous l’avez dit, ce n’est qu’une annonce, parce que le plan doit être validé par les parlements et les gouvernements nationaux. Des pays comme la Hongrie et la Pologne, qui en sont la cible, pourraient faire chavirer le plan de relance, donc tout est loin d’être terminé.

» Évidemment, nous soutenons la liberté de la presse et la séparation des pouvoirs, c’est normal, mais c’est ironique lorsque cela émane de l’Union européenne, qui ne respecte même pas la séparation des pouvoirs. Je vous rappelle que la Commission européenne est une institution non élue qui vient maintenant donner des leçons de démocratie et de séparation des pouvoirs à des gouvernements démocratiquement élus comme ceux en Hongrie et en Pologne, quelle blague ! Le Parlement européen ne sert à rien. S’il y a bien une institution qui n’est pas démocratique et qui ne respecte pas la séparation des pouvoirs, c’est l’Union européenne. »

Le militant français a également partagé son opinion sur le plan de relance de l’Union européenne.

« Si ce plan échoue, c’est une très bonne nouvelle pour la France car il est extrêmement coûteux. Si nous faisions partie d’une institution démocratique — mais ce n’est pas le cas avec l’UE — une dépense supplémentaire de 40 milliards d’euros devrait être débattue. La Révolution française et la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen nous ont enseignés que le peuple contrôle les dépenses publiques, et lorsque nous avons une dépense de 40 milliards, il serait normal que les Français soient à nouveau consultés par référendum pour déterminer s’ils veulent continuer à faire partie de l’UE. »

Il a ajouté : « Je pense que ce plan de relance est une occasion pour demander à nouveau leur opinion à nos citoyens. C’est une question de démocratie. C’est normal. Si les conditions pour être membre de l’UE changent, il est normal de consulter les Français sur cette appartenance à l’UE. »

M. Gallois a également noté que le marché unique de l’euro profitait à l’Allemagne mais nuisait à la France.

« L’Allemagne va payer pour ce plan parce que l’Allemagne a dans ses intérêts de garder le système de l’euro qui lui bénéficie, mais la France va devoir surpayer pour maintenir un système qui lui nuit. Si nous avions des personnes à la tête de l’État qui défendaient les intérêts de la France et des Français, ce plan de relance tel qu’il existe aujourd’hui n’aurait jamais été pris en considération, mais il suit son cours parce que la France ne défend pas ses intérêts nationaux. La France accepte de payer pour les autres, mais maintient un système qui fait du mal. La France doit être consultée. Lorsque nous voyons qu’il n’y a pas assez d’argent pour les hôpitaux dans le contexte de la crise du Covid-19, mais que nous devons payer 40 milliards à l’UE, les Français devraient avoir leur mot à dire. »

***

Traduction pour Génération Frexit : Rebecca Willing

Partager l’article sur
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

À propos de
GÉNÉRATION FREXIT

Créée le 14 juillet 2020, Génération Frexit, c’est :

Un objectif
Reprendre le contrôle de la France grâce au Frexit.

Une stratégie
Obtenir un référendum sur notre appartenance à l’Union européenne.

Un projet
Reconstruire le pays, recréer la démocratie, changer la politique pour de bon.

consectetur mi, ut eleifend dolor. libero.