REVUE DE PRESSE — du 09 au 16 novembre

Source

« Huit millions de Français ont besoin de l’aide alimentaire pour vivre »

Vincent Destival, délégué général du Secours catholique, revient dans Libération sur le « drame silencieux » mis en lumière par le rapport annuel de l’association sur l’état de la pauvreté en France.
Source : Libération (12 novembre)

La crise du covid, avec son cortège de chômage et de faillites, fait suite à la crise financière de 2008. Mais surtout elle aggrave une politique d’austérité commencée dès les années 1980 pour préparer le passage à l’euro, et que les critères de stabilité de ce dernier n’ont fait que renforcer. Parallèlement, les mégariches n’ont jamais été aussi riches.

France – Sécurité

Un imam jugé à Pontoise pour « apologie du terrorisme »

Un Pakistanais de 33 ans, en situation irrégulière sur le sol français, se voit reprocher trois vidéos Tik Tok, qui pourraient lui valoir jusqu’à sept ans de prison. À la mosquée, il ne prononçait pas de prêches, mais s’occupait des prières et donnait des cours à des enfants. Dans l’une de ses vidéos, il déclarait notamment : « Les musulmans sont toujours prêts à se sacrifier pour leur prophète. » Dans une autre, il félicitait l’auteur présumé de l’attaque devant les anciens locaux de Charlie hebdo, survenue en plein procès des attentats de janvier 2015.
Source : le Figaro (12 novembre)

Me Xavier Nogueras étant « souffrant », ce procès a finalement été renvoyé au 26 novembre. Il est fort déplorable que, à cause de l’espace Schengen, la France n’ait plus les manettes pour décider qui entre sur son sol ou non. En l’occurrence, le passage de plusieurs frontières européennes serait plus protecteur qu’une seule, supportée par les seuls pays frontaliers de l’UE, démunie de soutien suffisant pour gérer les flux humains importants générés notamment par les guerres de l’OTAN.

***

La France affiche « ostensiblement » sa présence en Méditerranée orientale avec trois frégates

Si elles ont été mises en sourdine pendant un temps, après le tremblement de terre en mer Égée qui, le 30 octobre, a endeuillé la province turque d’Izmir, les tensions entre Athènes et Ankara n’ont pas pour autant disparu. Le navire de recherche sismique turc Oruç Reis a poursuivi ses activités dans une zone maritime revendiquée par la Grèce.
Source : Opex 360 (10 novembre)

La France est isolée sur ce sujet. En effet, en raison du chantage aux migrants de la Turquie, l’Allemagne ne se positionne pas contre les récentes opérations turques (voir ici). De plus, la France s’est récemment fait doubler par son « allié américain » lors de la vente de frégates à la Grèce (voir ici). Comme le disait le général de Gaulle : « Les États n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts. »

***

L’arme laser anti-drone française HELMA-P a fait des débuts prometteurs

Comme dans le nord de la Syrie et en Libye plus tôt cette année, les combats qui se déroulent actuellement au Haut-Karabakh montrent l’importance prise par les drones aériens. Ces derniers peuvent aussi efficacement être employés pour viser des blindés et des convois logistiques que pour détruire des défenses aériennes. Et cela d’autant plus que de tels appareils sont toujours difficiles à contrer.
Source : Opex 360 (9 novembre)

Développer et maintenir des technologies militaires de pointe est absolument vital pour maintenir la souveraineté militaire. Grâce à cette innovation, l’armée française maintient le niveau technologique de ses armées.

France – Covid

Le Pr Raoult va être poursuivi pour « charlatanisme » par l’Ordre des médecins

Selon le Parisien, après de nombreux signalements à l’Ordre des médecins, Didier Raoult devrait comparaître devant la chambre disciplinaire de l’association pour « violation de la confraternité, information erronée du public, exposition à un risque injustifié et charlatanisme ». Pour l’avocat du professeur, son client « n’a mis personne en danger ».
Source : Sputnik (12 novembre)

Quel que soit notre avis sur les actes du Pr Raoult, cette affaire nous interroge profondément sur la médecine. En effet, après les innombrables scandales de la gestion du coronavirus, il est plus que vital de permettre à notre pays de récupérer sa souveraineté médicale, d’assurer une médecine dans l’intérêt du patient plutôt que dans l’intérêt de l’argent et enfin de renouer des liens sains entre patients, médecins et gouvernements, seule garantie de la confiance qui manque à la France. Quelques institutions travaillent à cette réflexion (voir ici, ici et ici).

***

Masque dès 6 ans : la rébellion de nombreux parents soulève des questions légitimes

Gêne respiratoire, utilité sanitaire remise en doute, qualité de l’enseignement dégradée… l’instauration du port obligatoire du masque à l’école primaire fait souffler un vent de rébellion chez certains parents et enseignants. Une fronde pas du tout au goût des pouvoirs publics, qui font pression pour obtenir l’obéissance.
Source : Reporterre (10 novembre)

Jugeant que cette mesure de police administrative ne répondait pas aux obligations légales d’être « nécessaires, adéquates et proportionnées », la professeure de droit public à l’université d’Aix-Marseille (Bouches-du-Rhône) Élise Carpentier a déposé un référé-liberté auprès du Conseil d’État pour suspendre l’obligation de port du masque dès 6 ans. Cette demande a été rejetée. Pourtant, selon un article paru dans le journal Nature, la contamination dans les lieux d’accueil des enfants est considérée comme très faible.

***

Recyclage des masques : en France, les premières filières commencent à se développer

La consommation croissante de masques de protection contre le Covid-19, qu’ils soient chirurgicaux ou jetables, oblige les collectivités à mettre en place des filières de recyclage, en se tournant notamment vers les rares entreprises qui sont en mesure de transformer ces déchets d’un nouveau genre.
Source : Europe 1 (12 novembre)

Les masques chirurgicaux ne sont pas les plus écologiques, car ils sont composés de matériaux synthétiques non biodégradables et souvent « oubliés » au sol. L’association Que choisir a démontré qu’ils étaient lavables. Leur fabrication et recyclage en France serait un bon exemple de circuit court.

France – Divers

Bataille pour Suez : Ismaël Emelien, l’ex-conseiller spécial d’Emmanuel Macron, travaille pour Veolia

Déjà en contrat avec LVMH, l’ex-conseiller spécial d’Emmanuel Macron à l’Élysée, Ismaël Emelien, dispense également ses conseils auprès de Veolia. Le numéro un mondial de l’environnement est en passe de mettre la main sur Suez, numéro 2 du secteur. Des soupçons d’interventions de l’Élysée planent sur cette opération.
Source : Marianne (7 novembre)

Poussé à la démission à la suite de l’affaire Benalla, l’ancien de Havas et organisateur principal de la collecte de dons pour la campagne d’Emmanuel Macron auprès de ses contacts du CAC 40  n’a pas perdu de temps pour créer son entreprise de communication, conseillant notamment LVMH. Les Français apprécieraient que les dirigeants et conseillers fassent passer en priorité la défense des intérêts de leurs concitoyens plutôt que ceux des poids lourds du privé qui ont contribué à financer leurs campagnes électorales.

***

Le taux de chômage bondit à 9 % au troisième trimestre

Cette hausse est mécanique selon l’INSEE, mais elle témoigne tout de même d’une dégradation du marché du travail par rapport à la fin de 2019.
Source : le Figaro (10 novembre)

***

Mignonnes : le film polémique va-t-il représenter la France aux Oscars ?

Cinq films ont été présélectionnés pour représenter la France lors de la prochaine cérémonie des Oscars. Parmi eux, Mignonnes est dans le viseur des milieux conservateurs américains, qui ont reproché à la réalisatrice Maïmouna Doucouré de faire l’apologie de l’hypersexualisation de ses jeunes héroïnes.
Source : LCI (13 novembre)

Est-il pertinent de présenter aux Oscars un film parlant de l’hypersexualisation des enfants qui, pris au premier degré, pourrait entacher l’image internationale de la France ? De plus, comme le montre ce reportage (attention, le reportage comporte des passages choquants !) (de 24:04 à 25:27), des pédocriminels exploitent déjà la sortie de ce film.

Union européenne – Surenchère

Covid-19 : l’UE dévoile le projet « Union de la santé » pour affronter les futures pandémies

L’UE a annoncé un projet « Union de la santé », destiné à lui donner les moyens d’affronter les futures crises sanitaires. Il s’agit notamment de créer une nouvelle autorité aux pouvoirs étendus. Cette agence, baptisée Health Emergency Response Authority (HERA), entrerait en service en 2023. Elle s’efforcera de nouer des partenariats public-privé avec l’industrie pharmaceutique et les organismes de recherche.
Source : Orange (11 novembre)

Après avoir fait mentir les promesses de prospérité économique, l’UE poursuivra-t-elle dans la même voie dans le domaine de la santé ? On constate en tout cas que la Commission européenne non élue semble penser que les « partenariats » avec l’industrie pharmaceutique, et les directives imposées aux pays (jadis) souverains, seraient des voies royales pour lutter contre de futures pandémies qu’elle entrevoit déjà dans un avenir proche. Nous ne lui faisons pas confiance pour décider elle-même, dans ce cadre, de futures « urgences sanitaires » et des mesures associées.

***

L’UE présentera son plan antiterrorisme en décembre

Vendredi 13 novembre, les ministres de l’Intérieur de l’UE ont annoncé une répression coordonnée de l’extrémisme islamiste après les attaques du mois dernier à Paris, Nice et Vienne, alors que l’Union tient une ligne de crête entre la lutte contre la menace d’attentats terroristes et la stigmatisation de ses communautés musulmanes.
Source : Euractiv (13 novembre) – en anglais

« Certains États membres, notamment la France et l’Autriche, ont appelé à agir pour cibler spécifiquement l’extrémisme islamiste, y compris l’idéologie », mais, en raison de désaccords, la référence à l’islam a été supprimée de la communication de leur déclaration conjointe. S’il ne faut évidemment pas confondre islam et islamisme, les multiples et profonds désaccords entre États produiront probablement les mécanismes habituels : la Commission tranchera et imposera ses décisions. Pour un État souverain et efficace, libérons-nous de l’UE.

***

Quand le nationalisme bulgare fait barrage à l’élargissement européen

En course depuis 2004 pour intégrer l’Union européenne, la Macédoine du Nord a entrepris un parcours d’obstacles surmontés les uns après les autres. Mais c’était sans compter le barrage de la Bulgarie, où des nationalistes proches du pouvoir revendiquent la souveraineté sur ce jeune pays.
Source : France culture (14 novembre)

Est-il pertinent pour l’UE de poursuivre indéfiniment son élargissement alors que les troubles internes ne cessent de s’aggraver ?

***

Vaccin Pfizer : l’UE finalisera « bientôt » son contrat pour acheter jusqu’à 300 millions de doses

L’UE finalisera « bientôt » une commande pour acheter jusqu’à 300 millions de doses du vaccin de Pfizer et BioNTech contre le covid-19.
Source : Paris-Match (9 novembre)

La start-up (rachetée par Pfizer) qui a créé le vaccin est allemande (voir ici). Espérons qu’efficacité et sûreté seront au rendez-vous, et gardons en tête que la mortalité générale parmi les malades est inférieure à 1 %, certaines catégories de la population étant plus exposées que d’autres à des formes graves et aux décès.

Union européenne – Cherchez l’erreur

Trop d’erreurs dans les dépenses de l’UE, la Cour des comptes européenne veut des règles simples et claires

La Cour des comptes européenne met en garde quant aux prochaines dépenses de l’UE, dans le cadre de son budget pluriannuel 2021-2027 et de son plan de relance post-coronavirus à 750 milliards d’euros : il faut des règles simples et claires pour encadrer les engagements financiers, ainsi que des contrôles efficaces sur la manière dont l’argent est dépensé et sur le résultat.
Source : RTBF (10 novembre)

Financements illégaux, fraudes, « évaporation » massive des paiements prévus (60 % !)… Voilà l’UE sans fard.

***

La Pologne ratifie un accord militaire avec les États-Unis… avant un possible changement de ton à Washington

Au début de son mandat, notamment, le président Donald Trump a souvent critiqué l’OTAN en la qualifiant d’organisation « obsolète » mais tout en assurant qu’elle restait « importante » à ses yeux (ce qui est souvent oublié…) et sans jamais affirmer qu’elle se trouvait « en état de mort cérébrale », comme l’a fait Emmanuel Macron, son homologue français.
Source : Opex 360 (10 novembre)

Comme l’Allemagne, la Pologne donne souvent la préférence aux États-Unis pour ses marchés, plutôt qu’aux pays de l’UE, avec lesquels elle est censée être « solidaire ». Ces achats se font en partie avec les fonds versés par l’UE (donc par les contribuables européens), dont la Pologne est la principale bénéficiaire nette (de 11,6 milliards d’euros en 2018, tandis que la France, deuxième pays contributeur cette même année, a été contributrice nette pour 7,4 milliards d’euros).

***

L’UE refuse de participer à la Conférence de Damas sur les réfugiés

L’UE ne participera pas à la conférence sur les réfugiés organisée les 11 et 12 novembre par la Syrie à Damas avec le soutien de Moscou, car les conditions de sa participation ne sont pas réunies, a annoncé mardi 10 novembre le chef de la diplomatie européenne.
Source : le Figaro (10 novembre)

Européiste convaincu, Josep Borrell est un atlantiste patenté et il n’est guère étonnant qu’il suive les recommandations de Washington concernant les relations avec la Syrie. Tout est fait pour ne pas reconnaître le gouvernement officiel, au risque de tomber dans le déni de réalité. Une telle politique n’est pas dans l’intérêt de la France, ni des réfugiés qui attendent un contexte favorable au retour dans leur pays.

***

« Un Absurdistan autoritaire » : l’hebdomadaire allemand Die Zeit étrille le reconfinement français

L’hebdomadaire de référence allemand Die Zeit a publié sur son site internet un article jugeant les décisions du gouvernement français contre le covid-19 autoritaires et prises « sans le Parlement », avec des risques de « conséquences lourdes » et n’ayant pas empêché un bilan « catastrophique ».
Source : RT France (13 novembre)

Attestations de sortie, fermeture partielle des commerces et rayons des grandes surfaces, autant de mesures pour lesquelles on peut partager le point de vue défendu dans cet article qui les juge « infantilisantes, incompréhensibles et inefficaces ». L’Allemagne ne les applique pas, et Macron, agissant seul avec son Conseil de défense, serait bien inspiré de s’intéresser à l’exemple allemand (3,5 fois moins de décès dus au covid que la France).

Monde – Élections américaines

Joe Biden organise son équipe et nomme son futur chef de cabinet

Le président américain élu procède ainsi à sa première nomination officielle en s’orientant vers Ron Klain, qui fut déjà son chef de cabinet sous Obama.
Source : le Point (12 novembre)

Les vassaux et les alliés traditionnels des États-Unis se sont précipités pour prêter allégeance : la Corée du Sud, le Japon, la Turquie, l’UE, etc., alors même que les résultats de l’élection, entachée de multiples irrégularités, n’ont toujours pas été confirmés par l’administration américaine, ni même reconnus par Trump, et que de nombreux soupçons de fraude sont publiquement mentionnés.

***

Thom Tillis réélu en Caroline du Nord. Les républicains renforcés dans la course au Sénat

Les républicains ont conservé un siège au Sénat américain, avec la réélection mardi de Thom Tillis en Caroline du Nord. Un revers pour Joe Biden et les démocrates, qui voient les espoirs d’une majorité à la chambre haute s’éloigner.
Source : la Presse (10 novembre)

Les élections américaines ne concernaient pas seulement la présidence, mais aussi la chambre haute (le Sénat) et basse (la Chambre des représentants). Aucune loi ne peut passer sans l’accord du Sénat, dont l’importance est considérable, y compris pour la politique étrangère. 

***

États-Unis : Mike Pompeo promet une « transition en douceur » vers un « second » mandat Trump

Le secrétaire d’État américain semble camper sur la même position que le président républicain sortant, qui refuse de reconnaître sa défaite.
Source : le Figaro (11 novembre)

Ex-directeur de la CIA, le tout-puissant secrétaire d’État américain n’est pas vraiment considéré comme un soutien de Trump : cela ne rend que plus surprenante sa déclaration. Le président semble reprendre en main sa politique étrangère, limogeant ses ennemis, comme le chef du Pentagone tout dernièrement, ou promouvant des responsables critiques de Pompeo. Ces ambiguïtés accréditent l’idée d’une inquiétante division de l’État profond.

Monde – États-Unis

Trump apparaît décidé à accélérer le retrait d’Afghanistan

Après avoir limogé le ministre de la Défense, Mark Esper, Donald Trump vient de placer des fidèles à des postes importants du Pentagone dans le but apparent d’accélérer le retrait américain d’Afghanistan, au risque de se heurter aux réticences des militaires.
Source : l’Obs (13 novembre)

Cette hypothèse permettrait de comprendre les remous récents de la diplomatie américaine. Et elle expliquerait les gémissements des vassaux européens, dont la France, présente en Afghanistan depuis 2001, et angoissée par la perspective d’un abandon en rase campagne. S’agit-il d’une boule puante lancée par Trump avant son départ

***

Les États-Unis vont sanctionner l’Iran pour la répression violente des manifestations

Les États-Unis devraient imposer la semaine prochaine des sanctions contre des représentants iraniens pour leur implication dans la répression violente des manifestations antigouvernementales de l’an dernier en Iran, a-t-on appris lundi de trois sources informées.
Source : Challenges (10 novembre)

Certaines orientations de la politique américaine demeurent inchangées. C’est notamment le cas des sanctions, qui tuent des millions de personnes dans l’indifférence, à Cuba ou en Iran.

***

Le département d’État américain approuve la vente aux Émirats arabes unis d’avions F-35 et de drones MQ-9

Le département d’État américain a autorisé mardi la livraison d’avions de combat F-35 aux Émirats arabes unis, rendant officielle une vente potentielle à laquelle s’opposent encore de nombreux élus démocrates.
Source : Defense News (10 novembre) – en anglais

Le renforcement de la coopération militaire des États-Unis avec ses alliés du Golfe vise à préparer une politique agressive contre l’Iran. Cela correspond bien davantage à un intérêt sécuritaire israélien qu’à une priorité diplomatique américaine.

Monde – Amérique latine

Evo Morales retourne en Bolivie après un an d’exil

L’ancien président a traversé la frontière avec l’Argentine, entouré de milliers de partisans et s’est dirigé vers Chimoré, le village de cultivateurs de feuilles de coca où il a grandi.
Source : El Pais (10 novembre) – en espagnol

L’ancien président avait tenté de modifier la Constitution pour briguer un troisième mandat, non sans mécontenter une partie de son électorat. Le coup d’État qui s’est ensuivi en 2019 a plongé le pays dans une période de turbulences, dont il vient de sortir avec l’élection de Luis Arce, héritier de Morales, et partisan lui aussi d’une politique d’indépendance, notamment par rapport aux contraintes du FMI.

***

Pérou : Vizcarra destitué par le Parlement à la seconde tentative

Moins de deux mois après une première tentative, le Parlement péruvien a voté lundi la destitution du populaire président de la République, Martin Vizcarra, pour incapacité morale, sur fond d’accusation de pots-de-vin présumés qu’il aurait reçus en tant que gouverneur en 2014.
Source : le Point (10 novembre)

À cause de scandales de corruption, l’ancien président Pedro Pablo Kuczynski avait dû démissionner. Cette fois, c’est son successeur qui est chassé du pouvoir par le Parlement. Très populaire, Vizcarra avait engagé de nombreuses réformes pour lutter contre la corruption. Durement réprimés par le régime, de nombreux manifestants le soutiennent dans la rue, obtenant même la démission du président intérimaire Merino

***

Covid-19 : le Brésil suspend ses essais de vaccin chinois après un « incident grave »

L’Agence de vigilance sanitaire n’a pas fourni de détails sur ce qu’il s’est passé, mais a indiqué que ce type d’incidents pouvait inclure la mort.
Source : le Point (10 novembre)

La mort d’un des patients est peut-être due à un suicide, comme le suggère cette enquête. Bolsonaro ne perd jamais une occasion de critiquer la Chine, mais les essais cliniques ont repris depuis. 

Monde – Divers

Quinze pays d’Asie et du Pacifique signent un accord de libre-échange autour de la Chine

Ce Partenariat régional économique global (RCEP) devient l’accord commercial le plus important du monde en termes de PIB. L’Inde se garde une possibilité de le rejoindre à l’avenir. 
Source : le Monde (15 novembre)

Pendant que l’Union européenne se disloque, l’Eurasie se construit à grands pas, unissant la Russie à l’Asie (y compris l’Asie centrale et l’Asie du Sud-Est). Cet accord de libre-échange est une réponse de la Chine au « pivot vers l’Asie » initié par les États-Unis d’Obama pour lutter contre son rival.

***

La Russie prévoit d’installer une base navale sur la mer Rouge, au Soudan 

La Russie prévoit de construire une base navale au Soudan, conformément à un accord bilatéral signé entre les deux pays.
Source : Radio Free Europe – Radio Liberty (12 novembre) – en anglais

La mer Rouge est grandement stratégique pour le Moyen-Orient. En effet, cette mer ouvre sur le canal de Suez, qui représente 7,5 % du commerce maritime mondial, et est bordée par Djibouti, l’Érythrée, le Soudan, l’Égypte, l’Arabie saoudite, le Yémen et la Jordanie (voir ici).

***

La Russie attend que l’Azerbaïdjan tienne sa promesse

L’Azerbaïdjan avait abattu un hélicoptère russe, soi-disant par erreur, et le ministère des Affaires étrangères russe avait fait savoir qu’il attendait que les responsables soient punis.
Source : Al-Masdar News (13 novembre) – en anglais

L’accord signé par les belligérants dans le Haut-Karabakh prévoyait notamment la présence d’une force d’interposition russe de 2 000 hommes (Macron se contentant de promettre d’envoyer de l’aide humanitaire). Or les soldats russes sont lourdement équipés, contrairement à ce que prévoit l’accord : manière de rappeler l’Azerbaïdjan à sa promesse ? 

Rédacteurs : Thierry Lacour, Claire Bouvier, Geoffrey Marhoffer (coordination), et autres contributeurs

Pour nous proposer des articles, écrivez-nous à
revue-presse@generationfrexit.fr.

Partager l’article sur
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

À propos de
GÉNÉRATION FREXIT

Créée le 14 juillet 2020, Génération Frexit, c’est :

Un objectif
Reprendre le contrôle de la France grâce au Frexit.

Une stratégie
Obtenir un référendum sur notre appartenance à l’Union européenne.

Un projet
Reconstruire le pays, recréer la démocratie, changer la politique pour de bon.

lectus odio adipiscing quis diam fringilla Lorem