REVUE DE PRESSE — du 17 au 23 novembre

Source

Loi « sécurité globale » : plusieurs milliers de manifestants en France, des violences dans le cortège parisien

Des Gilets jaunes se sont rassemblés aussi à Tarbes et Gap. À Paris, des violences ont eu lieu à la fin du rassemblement. Gérald Darmanin a dénoncé des « violences inacceptables ».
Source : le Figaro (17 novembre)

L’article 24 de cette loi, le plus connu, est lisible ici. Bien évidemment, le gouvernement accusera les manifestants de propager l’épidémie et diabolisera ces opposants. En effet, le gouvernement continuera à appliquer les 10 stratégies de manipulation des masses exposées par le linguiste américain Noam Chomsky comme par exemple la distraction, le pompier pyromane, l’infantilisation, le maintien dans l’ignorance, la fabrique du consentement et le renforcement de la culpabilité.

France

Proposition de loi « Sécurité globale » : l’ONU adresse à Emmanuel Macron des critiques sévères

Dans un courrier adressé à Emmanuel Macron, l’ONU, saisie par la Ligue des droits de l’homme, a sévèrement critiqué la proposition de loi sur la « sécurité globale ». De nombreux syndicats de journalistes appellent à manifester devant l’Hémicycle.
Source : RT France (17 novembre)

L’ONU pointe du doigt des risques d’« atteintes importantes aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales, notamment le droit à la vie privée, le droit à la liberté d’expression et d’opinion, et le droit à la liberté d’association et de réunion pacifique »… Ce sont de très graves manquements aux lois essentielles de la démocratie dont le gouvernement est accusé par la Ligue des droits de l’homme, le Haut Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU, les syndicats et fédérations de journalistes… Encore un bel exploit de la part de nos gouvernants, si prompts à donner des leçons de démocratie à d’autres pays.

***

« Il ne produit plus de solutions utiles » : Macron critique le Conseil de sécurité

Le président français Emmanuel Macron estime que le Conseil de sécurité n’est plus à même de répondre efficacement aux crises que traverse le monde. Un avis partagé par le président de l’Assemblée générale de l’ONU, qui souhaite le réformer.
Source : RT France (18 novembre)

Emmanuel Macron a constaté avec justesse les blocages de l’ONU, cependant, sa proposition de déblocage est abstraite et contestable : « plus d’Europe » pour « augmenter la voix de la France ». En effet, « davantage d’Europe » ne reviendrait-il pas au contraire à diminuer la voix de la France, qui ne compte que pour 1/27 actuellement ? Il faut voir là aussi les conséquences du traité d’Aix-la-Chapelle, qui stipule dans son article 8 que l’admission de l’Allemagne en tant que membre du conseil de sécurité est une priorité… de la diplomatie franco-allemande !

***

Vallourec va fermer son usine près de Rouen et supprime plus de 1 000 postes dans le monde

En pleine crise du Covid-19, l’industriel français a enregistré une perte nette de 69 millions d’euros au troisième trimestre. En France, cette décision « fragilise un peu plus l’écosystème industriel de la métropole » de Rouen, déplore le président du conseil départemental. Des suppressions sont également prévues en Allemagne et au Brésil.
Source : la Tribune (19 novembre)

Mille postes supprimés… Mille individus, mille familles, mille et une recettes en moins pour une ville, un territoire, une nation … L’effet domino de telles fermetures est absolument gigantesque pour l’équilibre économique, social et moral d’une société déjà fortement désorientée. Rappelons que ces délocalisations sont rendues possibles par les traités européens (article 63 du TFUE)

***

Syndicat proche de Blanquer : huit questions pour comprendre l’affaire « Avenir lycéen » 

Le ministre de l’Éducation est dans la tourmente après les révélations de Médiapart et Libération. Les deux journaux ont mis la lumière sur le jeune syndicat Avenir lycéen, organisation créée en 2018 et pilotée depuis la rue de Grenelle pour soutenir les actions de Jean-Michel Blanquer.
Source : France inter (22 novembre)

À part le syndicat SUD-éducation, tous les syndicats de l’Education Nationale (SNES, FO, etc) font partie de centrales qui sont membres de la Confédération Européenne des Syndicats (qui est dirigée depuis 2019 par Laurent Berger – CFDT). Cela n’était sans doute pas suffisant pour Blanquer, qui a souhaité une reprise en main plus rapide du monde enseignant.

***

La France compte 300 000 sans-abri, soit deux fois plus qu’en 2012 !

C’est un triste constat communiqué ce 15 novembre par le délégué général de la Fondation Abbé-Pierre au Journal du dimanche : « Le chiffre actuel tourne autour de 300 000 SDF. Cela signifie deux fois plus qu’en 2012 et trois fois plus qu’en 2001. C’est effrayant », rapporte Christophe Robert à l’hebdomadaire.
Source : Le Média pour tous (16 novembre)

La France est la 6e ou 7e économie mondiale. Comment une telle puissance peut-elle générer autant de misère ? Pendant ce temps, la contribution de la France à l’UE a augmenté de 5 milliards d’euros par an (la portant à 26,864 milliards d’euros, une progression de 25 % en 2021 par rapport à 2020, voir ici) en pleine crise du covid.

DÉFENSE

Le « terme de stock est aujourd’hui presque un gros mot », déplore le chef d’état-major de l’armée de Terre

Avoir des stocks de pièces de rechange et de munitions suppose des coûts d’acquisitions et des frais de possession (locaux, personnel dédié, entretien, sécurité, etc.) pouvant être plus ou moins élevés en fonction de la nature des articles ainsi mis en réserve. Dans le monde civil, on évalue que le coût de possession d’un stock est en moyenne de 15 à 40 % de sa valeur, ce qui a un impact direct sur le besoin en fonds de roulement d’une entreprise. Et encore, il ne s’agit que de coûts directs…
Source : Opex 360 (18 novembre)

« L’État stratège » est-il aussi mal préparé à une agression armée sur notre territoire qu’à la gestion d’une épidémie ? Ou sera-t-il comme d’habitude démissionnaire et soumis à Bruxelles ?

***

L’armée de terre peine toujours à trouver des avions pour l’entraînement de ses troupes aéroportées

C’est un problème qui dure. L’an passé, le chef d’état-major de l’armée de Terre le général Thierry Burkhard, avait déploré la difficulté que rencontraient les troupes aéroportées à organiser suffisamment de sauts dans l’année pour maintenir les qualifications de leurs parachutistes.
Source : Opex 360 (17 novembre)

Cela confirme que tout, comme nos hôpitaux, notre armée de l’air n’a même plus les moyens de nous protéger, si besoin en était.

***

Le ministère des Armées investit dans l’analyse du renseignement par l’intelligence artificielle

Géré par Bpifrance pour le compte du ministère des Armées, Definvest vient de réaliser une nouvelle opération en participant à la levée de fonds de 20 millions d’euros que vient d’effectuer la pépite technologique Earthcube, rebaptisée Preligens à cette occasion.
Source : Opex 360 (19 novembre)

Les savoir-faire en matière d’intelligence artificielle sont absolument vitaux pour l’avenir. En effet, les industries, les services et les armées sont de plus en plus dépendants des nouvelles technologies qui leur offrent une incroyable efficacité mais également une incroyable vulnérabilité face aux cyberattaques. Ainsi, il est absolument vital pour la France de protéger à tout prix son savoir-faire convoité par des puissances étrangères (voir ici).

***

Le Royaume-Uni prévoit un investissement record en matière de défense

Malgré l’impact économique de la crise sanitaire, Boris Johnson a annoncé 18 milliards d’euros supplémentaires pour les quatre prochaines années pour le budget de la défense.
Source : Ouest-France (19 novembre)

Le Royaume-Uni souverain se prépare certainement à faire face à toute éventualité. Il est vrai que le Brexit lui évitera de dépenser de façon contre-productive les 10 milliards d’euros nets qu’il devait jusqu’ici dédier à l’UE.

***

Thales remporte un contrat historique pour des frégates en Allemagne

Thales signe l’un des plus importants contrats de son histoire. Le géant français de la défense va assurer la fourniture pour 1,5 milliard d’euros des systèmes de communication et de gestion de combat des futures frégates de la Marine de l’Allemagne. Ce contrat s’inscrit dans le cadre du programme MKS 180 visant à doter la Marine allemande de quatre frégates polyvalentes, attribué en juin à un consortium européen mené par le néerlandais Damen. Il s’agit de la plus grande commande navale dans l’histoire de l’armée allemande, la Bundeswehr.
Source : Capital (18 novembre)

Bonne nouvelle pour ce groupe français, beaucoup moins pour les salariés français. En effet, le Bundestag, qui défend avant tout les intérêts de son pays, a demandé à ce que 70 % de la charge de travail de Thales comme de ses sous-traitants soit réalisée en Allemagne, tandis que le restant le sera aux Pays-Bas. De plus, pouvons-nous être certains que les objectifs militaires allemands seront toujours compatibles avec les nôtres ?

***

Poutine prolonge l’embargo alimentaire contre l’Occident en réponse aux sanctions antirusses

Introduit en réponse aux sanctions antirusses après le rattachement de la Crimée, l’embargo visant certains produits alimentaires venant de nombreux pays occidentaux a été prolongé par Vladimir Poutine jusqu’à la fin de 2021.
Source : Sputnik (21 novembre)

Comme l’affirmait l’ancien conseiller à la sécurité nationale des États-Unis Zbigniew Brzezinski dans son ouvrage le Grand Échiquier, il est dans l’intérêt des États-Unis d’empêcher la Russie d’accéder à une mer chaude via l’Ukraine, afin  de l’isoler. Est-ce vraiment dans l’intérêt de la France et de l’Europe ? 

Europe

À la suite des révélations du Point, le patron de Google présente ses excuses à Thierry Breton

Le journal le Point a révélé un document interne de Google expliquant la stratégie de Google visant à vider de substance la nouvelle loi européenne de sécurité informatique.
Source : le Point (14 novembre)

Le principal moteur de recherche occidental cherchait secrètement à « tout faire pour vider de sa substance la nouvelle législation numérique en cours d’élaboration à Bruxelles ». Étant donné la soumission structurelle de l’UE face aux États-Unis, nous assistons en quelque sorte ici à une lutte du pot de terre contre le pot de fer.

***

Moldavie : Maia Sandu, pro-européenne, remporte la présidentielle

Maia Sandu est la première femme à accéder à la présidence de la Moldavie. Première ministre entre juin et novembre 2019, elle a battu Igor Dodan, le président sortant prorusse, par 57 % des suffrages, après dépouillement de 99 % des bulletins. Elle promet une lutte sans merci contre la corruption.
Source : les Échos (16 novembre)

Comme le dit un membre de Génération Frexit : « Européistes, atlantistes et autres poutinophobes jubilent déjà… 147e PIB du monde, salaire moyen 200 €, population en exode (1/3), vue comme le pays le plus pauvre et le plus corrompu d’Europe, la Moldavie va pouvoir intégrer le giron de l’UE. Génial, non ? »

***

La Hongrie et la Pologne bloquent le projet de budget européen

Les deux pays n’ont pas apprécié que l’accès aux fonds européens soit lié au respect de l’État de droit, alors que certaines de leurs réformes sont critiquées par l’Union européenne. Ce critère « n’est qu’un prétexte, un beau mot qui sonne bien à l’oreille, mais il s’agit d’un asservissement institutionnel, politique, d’une limitation radicale de la souveraineté », avait dénoncé le ministre polonais de la Justice, Zbigniew Ziobro, qui appartient à l’aile dure du gouvernement.
Source : France info (16 novembre)

Certains tenants de l’UE semblent rêver d’en renvoyer les gouvernements, fussent-ils élus démocratiquement, qui ne cadrent pas avec leur vision de ce qu’un « État de droit » devrait être selon eux. Seulement, les traités ne le permettent pas, pas plus que de sortir le « fonds de relance » des mécanismes communautaires. « Heureusement », M. Quatremer aurait une solution : proposer « aux pays qui le veulent de signer un nouveau traité créant une nouvelle UE et de laisser les récalcitrants dans l’actuelle UE vidée de sa substance ». À moins que l’UE ne soit déjà pratiquement « vidée de sa substance« (voir ici).

***

Budget : Bruxelles alerte sur l’impact à long terme des plans de relance

Passant en revue les budgets des Vingt-sept, la Commission européenne s’inquiète de mesures prises par la France.
Source : le Figaro (18 novembre)

L’article dit : « Pour l’Hexagone, Bruxelles met le doigt sur les hausses de salaires du personnel de santé et la baisse permanente des impôts de production. » Ainsi, sur l’ensemble des mesures prises par le gouvernement, c’est la maigre hausse de salaire des « premiers de corvée » qui fait réagir l’UE ? Assez !

***

Viktor Orban parie sur le vaccin russe contre le Covid-19

De premiers échantillons du sérum Spoutnik V arriveront la semaine prochaine en Hongrie et les essais cliniques débuteront en décembre. Ce choix, unique dans l’UE, symbolise le rapprochement entre Budapest et Moscou.
Source : le Temps (13 novembre)

On apprécierait, dans tous les cas, que la sécurité et l’efficacité soient les seuls critères retenus, plutôt que les jeux d’alliances géostratégiques. Est-ce dans ce sens que tranchera l’UE pour un éventuel achat de vaccins ? Espérons qu’elle ne choisira pas la même voie que pour le Remdesivir, pour lequel elle a consacré 1,2 milliard d’euros, juste avant qu’une étude publiée par l’OMS n’informe de son inefficacité, en plus de sa dangerosité, voir ici.

***

Le Nord Stream 2 « n’aura pas lieu »: les USA renforcent leur pression sur les entreprises européennes participantes

Prétextant ne pas vouloir sanctionner les entreprises européennes participant à la construction du gazoduc Nord Stream 2, le gouvernement américain les contacte actuellement pour les avertir de sanctions imminentes, selon un haut responsable américain cité par l’agence DPA.
Source : Sputnik (21 novembre)

D’après l’opérateur Nord Stream 2 AG,  les sanctions élargies par les États-Unis toucheront plus de 120 entreprises de plus de 12 pays européens qui fournissent services et matériels au projet. Les États-Unis accusent ici préventivement la Russie de se servir de ce projet pour exercer plus tard du chantage à la fourniture d’énergie sur les pays européens. Mais sous prétexte de ne pas sanctionner eux-même plus tard les entreprises européennes, ce sont pour le moment eux les maîtres chanteurs à l’œuvre. Il s’agit surtout pour les États-Unis de défendre uniquement leurs propres intérêts.

Moyen-Orient

Washington réduit sa présence militaire en Afghanistan et en Irak

Près de 20 ans après les attentats du 11 septembre 2001, les États-Unis vont réduire le nombre de leurs soldats en Irak et en Afghanistan à la mi-janvier 2021, une « bonne avancée » saluée par les talibans.
Source : le Point (17 novembre)

Trump tient sa promesse de non seulement éviter de nouvelles guerres, mais aussi de diminuer l’engagement des États-Unis à l’extérieur en ramenant des troupes à la maison. S’ils devaient accéder à la présidence, Biden et son équipe feraient probablement le choix inverse (voir ici).

***

Les États-Unis imposent de nouvelles sanctions contre l’Iran à deux mois du départ de Trump

À deux mois de la fin du mandat de Donald Trump, Washington a pris mercredi 18 novembre de nouvelles sanctions à l’encontre de l’Iran, visant le ministre des Renseignements, mais aussi la fondation Bonyad Mostazafan, gérant les fonds des biens confisqués après la Révolution islamique. Quelques heures plus tôt, Téhéran s’est pourtant déclarée disposée à revenir « automatiquement » au respect de ses engagements nucléaires si la future administration de Biden levait les sanctions.
Source : RFI (19 novembre)

On ne le dit pas assez : les sanctions tuent des milliers de civils, sans parler des dégâts collatéraux sur le tissu social (privations, chômage) et économique. Or la lutte radicale contre l’Iran risque d’être une priorité de l’administration Biden, pour le plus grand profit des intérêts israéliens (voir ici).

***

L’armée israélienne frappe des cibles syriennes et iraniennes en Syrie, des militaires tués

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, cette attaque a tué 10 combattants. L’armée israélienne affirme avoir agi en représailles après avoir trouvé des explosifs le long de la frontière nord de l’État hébreu.
Source : le Monde (18 novembre)

L’intervention armée préventive hors de ses frontières constitue un crime au regard du droit international, car il viole la souveraineté d’un État tiers. Un crime de plus à verser au compte du gouvernement de Tel-Aviv.

***

Le chef de la diplomatie de Bahreïn en Israël pour la première fois

Le ministre bahreïni des Affaires étrangères, Abdellatif al-Zayani, effectuera pour la première fois une visite officielle en Israël mercredi, à la suite d’un accord de normalisation des relations entre cette monarchie du Golfe et l’État hébreu, a annoncé lundi 16 novembre l’agence de presse officielle.
Source : le Figaro (16 novembre)

Même si cela peut paraître paradoxal, il faut souligner qu’il existe une alliance entre Israël et les pays du Golfe (sunnites) pour lutter contre l’influence du chiisme au Moyen-Orient. L’obsession d’Israël est de casser l’arc chiite reliant : Iran, Irak, Syrie et Hezbollah libanais.

***

Nucléaire: l’AIEA signale une nouvelle violation iranienne de l’accord de 2015

Des centrifugeuses du site d’enrichissement d’uranium iranien de Natanz ont été mises en service en violation de l’accord international sur le programme nucléaire de la République islamique, selon un rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).
Source : Challenges (18 novembre)

L’accord de Vienne avait été voulu par les États-Unis, et il a du coup perdu son sens lorsque Trump s’en est retiré en 2018, en rétablissant des sanctions, au grand regret des Européens. Puisque l’accord est caduc de fait, pourquoi considérer que l’Iran devrait se sentir lié par ses obligations antérieures ? 

Monde – France

« Encercler » la Russie et la Turquie : Macron a-t-il les yeux plus gros que le ventre?

Macron veut « encercler » la Russie et la Turquie. Sa nouvelle doctrine internationale appelle à réinventer le multilatéralisme en ciblant ces deux pays. Il veut apparemment faire face à la montée en puissance diplomatique et militaire de Moscou et d’Ankara, illustrée notamment par la guerre et le cessez-le-feu du Haut-Karabakh. Analyse.
Source : Sputnik (18 novembre)

La grenouille voudrait-elle se faire plus grosse que le bœuf ? Sortir de l’OTAN pour rétablir des coopérations internationales selon nos intérêts serait bien moins risqué et plus profitable pour la France.

***

La France menace la Turquie de « possibles sanctions économiques », à cause de son « islamisme agressif » 

« Aujourd’hui, aucun pays européen n’a plus d’illusions sur ce que sont M. Erdogan et son régime », a expliqué le secrétaire d’État aux Affaires européennes Clément Beaune.
Source : Sud-Ouest (15 novembre)

Lié par son appartenance à l’OTAN, le gouvernement sait qu’il ne peut pas faire grand-chose, sauf de piteuses déclarations qui ne font peur à personne.

***

Macron a reçu Pompeo en regardant déjà vers Biden

Emmanuel Macron s’est livré à un exercice insolite lundi en recevant le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, alors que Donald Trump n’a toujours pas reconnu sa défaite, tout en invitant le président élu Joe Biden à inventer une « nouvelle donne » transatlantique.
Source : le Point (16 novembre)

Macron s’est précipité pour reconnaître la victoire de Biden, au mépris de la prudence la plus élémentaire. Peut-être espère-t-il ainsi s’attirer les bonnes grâces de son suzerain. Plutôt que de craindre d’être abandonné, notre pays a besoin de reprendre sa défense, sa diplomatie et son indépendance en main.

Monde

L’attribution à l’Arabie saoudite de la présidence du prochain G20 (100 % numérique) soulève un tollé

Le week-end prochain débute le sommet du G20, qui réunira pendant deux jours, sous l’égide de l’Arabie saoudite, les chefs d’État et de gouvernement des 20 nations les plus riches du monde. Cette fois-ci, pas de cérémonie d’ouverture en grande pompe – à Riyad, donc –, mais des écrans qui s’allumeront les uns après les autres à Paris, Berlin, Moscou… Cependant, l’attribution de cette présidence au roi Salmane d’Arabie saoudite fait l’objet de vives critiques dans le monde pour son bilan en matière de droits humains : répressions des voix dissidentes, militantes emprisonnées, journaliste assassiné, disparitions forcées, tutelles des femmes, peine de mort (pour les mineurs aussi), abus et exploitation de millions de travailleurs étrangers à la limite de l’esclavage…
Source : la Tribune (18 novembre)

Il est extrêmement perturbant de voir un des principaux financeurs du terrorisme présider le G20 (voir ici).

***

Le billet vert en péril ? Le dollar perd sa couronne en tant que monnaie de paiement mondiale pour la première fois depuis 2013

Le dollar s’est affaibli en raison d’une variété de facteurs, y compris la récession en cours à la suite de la pandémie de coronavirus qui a frappé les États-Unis particulièrement durement et a déjà entraîné plus de 250 000 décès, et la guerre commerciale avec la Chine qui a réduit la valeur du commerce libellé en dollars.
Source : Sputnik (21 novembre) – en anglais

Le dollar est un instrument de domination depuis la fin des accords de Bretton Woods en 1973, surtout quand il devint la monnaie de facturation des échanges énergétiques (pétrodollar). Après avoir longtemps contesté ce modèle international et prôné son aménagement dans les années 2000, les pays du « Sud », BRICS en tête, tentent aujourd’hui de s’en affranchir progressivement. Personne n’ayant intérêt à une rupture violente, il est probable que l’on assiste plutôt à une érosion lente de l’hégémonie du dollar.

***

L’évasion fiscale dans le monde coûte 427 milliards de dollars par an, estime une ONG

L’ONG Tax Justice Network assure que les multinationales déplacent l’équivalent de 1 380 milliards de dollars de bénéfices dans des paradis fiscaux ou des pays peu regardants, dont une grande partie échappe à l’impôt.
Source : Sud-Ouest (20 novembre)

Et ces évadés fiscaux deviennent même parfois ministres, comme l’a montré Jérôme Cahuzac sous le mandat de François Hollande ! Reste que, comme nous l’avons souvent expliqué, l’évasion fiscale est facilitée, au sein de l’UE, par l’article 63 du TFUE, instituant la libre circulation des capitaux, au sein de l’UE et dans les pays tiers.

Divers

Ce premier exosquelette auto-équilibré permet de réapprendre à marcher

Conçue par la société française Wandercraft, cette machine révolutionnaire vient de faire son entrée à l’hôpital public Albert-Chenevier. Un grand pas dans la rééducation à la marche.
Source : le Parisien (18 novembre)

La France n’est pas seulement un pays qui protège et honore les arts et les sciences, mais aussi une nation qui possède une riche tradition d’ingénierie et de sciences appliquées. En mettant la technologie au service de la médecine rééducative, cette entreprise montre que notre pays est aussi souvent capable du meilleur. 

Rédacteurs : Thierry Lacour, Claire Bouvier, Geoffrey Marhoffer (coordination), et autres contributeurs

Pour nous proposer des articles, écrivez-nous à
revue-presse@generationfrexit.fr.

Partager l’article sur
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

À propos de
GÉNÉRATION FREXIT

Créée le 14 juillet 2020, Génération Frexit, c’est :

Un objectif
Reprendre le contrôle de la France grâce au Frexit.

Une stratégie
Obtenir un référendum sur notre appartenance à l’Union européenne.

Un projet
Reconstruire le pays, recréer la démocratie, changer la politique pour de bon.

mattis venenatis dapibus sem, non Lorem Donec fringilla consectetur libero ut felis